J'ai acheté une pelle chez Ikea pour creuser ma tombe

Affiche _Dans la république du bonheur_ (A4 portrait).001.jpeg

Ce spectacle est issu d’un atelier annuel mené à l’Université Paris Nanterre par Jean-Noël Dahan en 2015-2016, au sein de l’Ecole et Compagnie de théâtre universitaire Les Indifférents.

A l'Université Paris Ouest Nanterre La Défense
Les 31 mai, 1 et 2 juin 2016 à 19h en salle R09 de la Maison de l’Etudiant
Les 3, 6 et 7 juin 2016 à 20h en salle 218 du bâtiment L

Adaptation de textes de Rodrigo Garcia
Mise en scène : Jean-Noël Dahan
Jeu : Cléo Appas, Ana Costa, Gladys De Cambourg, Astrid Denis, Sarah Guérin, Myléna Heymann, Jeffrey Houngbadji, Thimothee Israël, Camille Lacambre, Daphné Le Jehan, Mathilde Leboulanger, Justine Riou, Johanna Simeon

« Je n’arrive toujours pas à savoir si l’essentiel est ce qu’on dit ou ce qu’on cache. En général, quand on répète une pièce de théâtre comme celle-ci, on croit qu’il vaut mieux exprimer haut et fort ce que tout le monde pense ou rêve sans jamais le faire ni le dire.

Et puis ensuite, on se dit que non : une pièce de théâtre devrait cacher les choses, ne pas les dévoiler, ne jamais montrer nos sentiments.

Cela met à l’épreuve notre capacité poétique, la nôtre à tous, y compris celle du public, car nous voilà confrontés, en solitaire, à des instants toujours incomplets, à des réalités énigmatiques, au lieu de nous borner à commenter la réalité (ça, c’est l’affaire de la science, pas de l’art).

Offrir des zones de pénombre et ne jamais exposer d’idées claires, cela semble plus judicieux. Je te fais goûter à l’obscurité car c’est dans l’obscurité que les enfants ont peur

et dans l’obscurité les amants se reconnaissent, et les enfants - encore les enfants - sombrent dans des rêves noirs (…)

Parce que la vie s’écoule en cachette, les pièces de théâtre devraient en représenter le secrets, et non la part la plus vulgaire, comme c’est souvent le cas. » (Rodrigo Garcia)